Déconfinement : le point sur les masques à Caunes

Dans les premiers jours du confinement, la commune de Caunes a eu deux priorités à gérer : assurer le fonctionnement de l’EHPAD « Los Ainats », et celui du Centre de consultation COVID. Il fallait à tout prix d’empêcher le virus d’entrer à l’EHPAD, et en même temps permettre aux médecins de soigner la population. Cela a été très compliqué, les besoins étaient importants alors qu’il n’y avait aucune disponibilité sur le marché. Certaines bonnes volontés nous ont fait des dons, nous avons obtenu quelques dotations, et nous y avons consacré tout notre stock de réserve. Les objectifs ont été atteints : il n’y a eu aucun malade du COVID à Los Ainats, et le centre de consultation COVID19 a été l’un des premiers opérationnels dans le département de l’Aude. Cette priorité aux maintien des services à la personne se poursuit : une commande de 150 visières va ainsi être livrée dans les jours à venir, pour être distribuées gratuitement aux différents professionnels qui se sont engagés pour assurer la continuité des soins (notamment pour nos ainés), mais aussi pour l’approvisionnement du village, les services publics, etc. Dans le même temps, la commune, dès le mois de mars, a cherché à reconstituer un stock d’urgence pour les habitants de la commune. Une tâche ardue par les temps qui courent, d’autant qu’une Mairie reste tenue à des règles strictes en matière d’achats de fournitures (marchés publics, respect des normes etc.). Deux groupements de commandes associant différentes communes audoises ont donc été préparé, et nous y avons participé très tôt, avec des premières commandes dès la deuxième quinzaine de mars : l’une avec l’association des maires de France pour 600 masques chirurgicaux, destinés aux personnes fragiles sur la commune, l’autre avec la Région pour 2000 masques tissus, destinés à être distribués à tous les habitants. Au 11 mai, malgré nos relances quotidiennes, ces masques n’ont pas encore été livrés. Nous n’avons par ailleurs reçu aucune dotation supplémentaire de la part des services de l’État, malgré les récentes annonces gouvernementales sur la disponibilité de ces masques ; il semblerait que la priorité d'approvisionnement ait été donnée aux réseaux de grandes surfaces. De fait, la distribution des masques achetés par nos soins il y a six semaines sera assurée gratuitement auprès de la population dès la réception de nos commandes. Le Maire, Denis Adivèze

Déconfinement : maintien de la fermeture des écoles

COMMUNIQUÉ IMPORTANT : LES ÉCOLES DE CAUNES MINERVOIS RESTERONT FERMÉES APRÈS LE 11 MAI Caunes Minervois, le 30 avril 2020 Madame, Monsieur, Le gouvernement a récemment proposé d'ouvrir les écoles pour tous les élèves à compter du 11 mai, renvoyant nombre de responsabilités et de décisions à l'échelon local. À l'heure où j'écris ces lignes, à quatre jours ouvrables de cette date, je n'ai pourtant été destinataire d'aucune information précise de la part des services de l'état : ni protocole sanitaire, ni information sur la mise à disposition du matériel de protection nécessaire, ni modalités pédagogiques précises. Face à cette situation inédite, j'ai tout d'abord consulté différents avis d'experts : le conseil national scientifique mis en place par le Président de la République, le conseil national de l'Ordre National des Médecins, la Fédération des médecins de France. J'ai consulté également l'ensemble des personnes concernées à Caunes-Minervois : le bureau municipal, les Maires de Citou et Lespinassière, nos enseignants, notre personnel, les délégués de parents d'élèves, le CIAS, ainsi que plusieurs membres du corps médical local. Nous n'avons à ce jour aucune garantie concernant l'ouverture des services périscolaires (garderie, cantine...), dont l'organisation en toute sécurité s'annonce impossible. Il en est de même pour le service de transport scolaire concernant les élèves de Citou et Lespinassière. Par ailleurs, sur six enseignantes, deux seraient absentes pour raison de santé, tandis que les groupes seront limités à 15 élèves par enseignant ; cela ne permettrait au mieux d'accueillir chaque élève qu'une dizaine de jours d'école d'ici fin juin, ce qui ne résoudrait ni le problème de la scolarité, ni celui de la disponibilité des parents. Il est illusoire d'espérer un fonctionnement normal de l'école dans les semaines à venir : il n'y aurait ainsi en classe ni travail ou jeux collectifs, ni matériel partagé (papeterie, livres, ballons, jeux, informatique...), ni vraie récréation, ni travail individualisé, ni sport... Enfin, il apparaît clairement que la situation serait fortement anxiogène pour tous (enseignants, élèves, parents) et ne saurait apporter ni conditions favorables à l'enseignement, ni soulagement des difficultés psychologiques réelles qu'implique le confinement pour les enfants. La reprise, en tout état de cause, ne concernerait qu'une partie des élèves, accentuant ainsi encore les inégalités scolaires qui se creusent depuis deux mois : une partie des enfants ne retourneront pas en classe, soit qu'ils soient fragilisés par la maladie ou le handicap, soit parce que leurs parents le refuseront, comme l'autorise le gouvernement. Pourtant, le dispositif actuel d'apprentissage à distance se trouverait fortement fragilisé par la mobilisation des enseignants dans leurs classes, qui ne pourront pas assurer en même temps l'école à distance dans de bonnes conditions. En revanche, si les bénéfices de cette reprise de l'école s'avèrent difficiles à cerner, le risque est quand à lui clairement identifié. Tous les professionnels s'accordent à reconnaître qu'il ne sera pas possible, dans des classes de jeunes enfants, et malgré des efforts considérables en terme d'encadrement comme en terme de matériel, de respecter et faire respecter les gestes barrières empêchant la transmission du virus. Dès lors le risque de contamination apparaît comme élevé, à la fois pour les enfants, mais aussi pour tout ceux dont ils partagent le foyer familial. Puisqu'il apparaît clairement que l'école de Caunes-Minervois ne peut actuellement ouvrir ses portes dans des conditions permettant d'assurer, face à l'épidémie mondiale du COVID19, la sécurité des enfants, des personnels, et au-delà de l'ensemble de la population du village, en particulier les plus vulnérables d'entre nous, je prends, en conscience, un arrêté municipal l'interdisant, jusqu'à la fin de l'année scolaire. Pour autant, l'instruction de chaque enfant reste une obligation légale pour tous. Une concertation active avec l'équipe enseignante est donc en cours pour accompagner cette nouvelle étape de la scolarisation à domicile de votre enfant. Le dispositif d'école à distance va être renforcé : outils, visioconférence, notamment. À compter du 11 mai, les possibilités de déplacements vont s'assouplir, permettant de prendre de nouvelles mesures : un « kit de scolarisation » comprenant fournitures scolaires et matériel pédagogique sera mis à disposition de chaque famille dès que possible. Une salle sécurisée de rencontre avec les familles sera aménagée dans l'école, pour permettre à chaque famille, parents et enfant, de rencontrer individuellement, sur rdv et en toute sécurité sanitaire, les enseignantes ; cela permettra de renforcer le lien entre élève et enseignant, et de mieux accompagner les parents dans la scolarisation à domicile. Un dispositif de suivi renforcé sera mis en place, avec le soutien du CCAS, pour les élèves en décrochage scolaire. Un justificatif de fermeture de l'école sera adressé à chaque famille, ouvrant droit pour un parent salarié à la prolongation du dispositif gouvernemental de chômage partiel rémunéré en mai et juin. Restant à votre service et mobilisé pour notre village, je souhaite à chacun courage dans ces moments difficiles, et la conservation d'une bonne santé. Le Maire de CAUNES MINERVOIS, Denis ADIVÈZE
  • Chargement des événements en cours...